Écrire vrai, c’est écrire sans pudeur.

Je ne pensais pas avoir à me soucier de ce que j’écris en démarrant ce blog. Je ne pensais pas avoir à peser mes mots ou m’interroger sur l’impact de ceux-ci. Paraître polémique où non.

Je ne pensais pas être lu, tout simplement.

Alors j’ai écrit les choses comme elles sont venues, pour les dire, pour écrire vrai.

“Écrire vrai, c’est écrire sans pudeur et sans chercher la polémique mais parfois les deux se confondent.”

Êtes vous d’accord avec cette affirmation ?

Advertisements

9 thoughts on “Écrire vrai, c’est écrire sans pudeur.

Add yours

    1. Et puis j’y réfléchis, quand je parle d’écrire vrai, cela ne signifie pas forcément “tout” on peut aussi laisser deviner ou laisser une part au mystère, je pense plutôt écrire sans concession. Laisser une place au mystère et à la réflexion à condition de ne pas induire le faux, sinon on deviendrait des charlatans. Ce que je m’efforce d’éviter. 🙂

      Liked by 1 person

  1. Pour l’avoir déjà expérimenté, c’est vrai, parfois on écrit ce qui nous pend aux tripes, et on soulève des pensées chez les autres qu’on n’aurait jamais penser soulever. Nos mots sont lus et interprétés par d’autres sensibilités que les nôtres, et parfois dans le mauvais sens. Je m’y suis durement frottée lorsque j’ai écrit mon article sur les enfants. Des personnes m’ont accusée de mépriser et de pointer du doigt ceux qui choisissaient d’en avoir, alors que je n’ai jamais écrit cela (au contraire même). Mais je n’avais aucun pouvoir sur la façon dont ils interprètaient mon article. C’est comme ça.
    Depuis j’essaye de l’accepter, mon avant-dernier article, “I’ll be back”, parle de cela. Ce n’est pas toujours facile.

    Mais je suis convaincue que ce n’est pas pour autant qu’il faut se réfréner à écrire du vrai.
    Ecrire du vrai c’est écrire qui nous sommes, et ainsi rester fidèle à nous-même malgré les vagues que cela puisse faire.
    “I am under no obligation to make sense to you”, ai-je déjà lu quelque part, et depuis je m’y accroche.

    Liked by 2 people

    1. “On soulève des pensées son aurait jamais penser soulever” une citation, de je ne sais plus vraiment qui mais je pense que Google est au courant : “il y a toujours deux auteurs pour live, celui qui l’écrit et celui qui le lit.” Si peut maîtriser nous mots, il est certainement beaucoup plus difficile de maîtriser la pensée et l’opinion de celui qui les lits et ces peut être ce qui fait que c’est beau si on y regarde bien.

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

A WordPress.com Website.

Up ↑

%d bloggers like this: